Le Togo renforce son mécanisme de protection des créations et interventions

Le nouveau gouvernement, Victoire Dogbé en tête, a reçu l’onction des députés mardi 1er décembre afin de ratifier l’accord de Bangui (la capitale et la plus grande ville de la République centrafricaine) qui institute l’OAPI (Organisation Africaine de la Propriété intellectuelle). Il est à noter que la nouvelle cheffe du gouvernement mise sur un secteur privé qui s’engage notamment dans des innovations.
“Ce texte est un outil juridique qui permettra au pays de lutter contre la contrefaçon, en particulier celle des produits pharmaceutiques, ainsi que de mieux protéger les créations et interventions”, a indiqué Victoire Dogbé, la nouvelle cheffe du gouvernement.
Pour sa part, Faure Gnassingbé a fait savoir que l’homologation est une garantie de réussite notamment de l’axe 2 du PND 2018-2025 (Plan National de Développement) dont le but principal est de dynamiser la création d’emplois décents en s’appuyant essentiellement sur les forces de notre économie. Il est important de noter qu’en plus de la République togolaise, l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle compte 17 pays membre : l’Union des Comores, le Tchad, le Sénégal, le Niger, la Mauritanie, le Mali, la Guinée équatoriale, la Guinée Bissau, la Guinée, le Gabon, la Côte d’Ivoire, le Congo, la Centrafrique, le Cameroun, le Burkina Faso, le Bénin.

     Le gouvernemental examine les modalités de mise en place du RSU

Le Togo s’est inscrit depuis plus de trois ans dans la dynamique de la réduction de la pauvreté conformément aux objectifs de développement (ODD). Mais le ciblage des foyers et des personnes pauvres pose, depuis quelques années, de problème quand il s’agit d’implémenter des programmes et projets destinés particulièrement aux plus vulnérables de la République togolaise.
Le pays a donc développé, avec l’appui du BIT (Bureau International du Travail) et l’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance), une stratégie d’identification des foyers pauvres qui a été validée en juillet dernier.
Le gouvernement togolais a remis le projet de mise en place d’un RSU sur la table, annoncé pour faciliter l’inclusion sociale, principal objectif de Victoire Dogbé, la nouvelle cheffe du gouvernement.
Une fois concrétisé, ce projet devrait ainsi permettre ‘une meilleure allocation des dépenses sociales grâce essentiellement à la création d’un GUPS offertes aux populations les plus vulnérables. D’après les échos, la mise en place du régime social unique devrait être confiée ministère du commerce, de l’industrie et de la consommation locale, déjà rodé dans les actions orientées notamment vers la lutte contre la pauvreté.