Togo : cinglant “non” de l’ARCEP à l’augmentation des tarifs

A partir du 1er janvier 2021, les tarifs d’accès aux codes USSD (Unstructured Supplementary Service Data) pour les prestataires de services (entreprises, start-up, fintech…) vont connaître une réduction drastique. Ainsi en a décidé l’Arcep – le régulateur des télécoms. Cette décision a été notifiée, le 14 septembre 2020, à Togo Cellulaire (filiale de Togo Télécom) et Atlantique Télécom Togo (Moov) et rendue public ce jeudi 17 décembre 2020. Le gendarme togolais des marchés électroniques a donc décidé de plafonner les tarifs, à cause du “coût très élevé de la session ‘Unstructured Supplementary Service Data’, pratiqué à la République togolaise par les 2 opérateurs de télécommunications”.
Au Togo, un prestataire doit en effet débourser 150 Francs CFA afin d’obtenir un code USSD, alors qu’il ne paiera que 3. 9 Francs CFA au Burkina Faso ou 6 Francs CFA au Niger, pour les mêmes accès. Quant aux frais de maintenance et d’accès, ils sont respectivement de 350 Francs CFA et 280 Francs CFA et font ainsi partie des tarifs les plus bas du continent. Cette disposition est conforme à la vision portée par le nouveau gouvernement, Victoire Dogbé en tête, qui entend faire du numérique un véritable levier d’amélioration des conditions de vie des populations et de développement.

        Booster entrepreneuriat digital

Cette réduction des tarifs va aussi booster entrepreneuriat digital. Le secteur qui, jusque-là, était une ‘chasse gardée’ des opérateurs de télécommunications, va désormais contribuer à l’accélération des dispositifs d’inclusion financières des populations et s’ouvrir au secteur bancaire. A travers cette décision, le Togo libéralise et s’aligne sur les tarifs dans la sous-région.
Par ailleurs, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes qui semble faire d’une pierre, trois coups, a rallongé à 240 secondes la durée minimale d’une session ‘Unstructured Supplementary Service Data’, tandis que ‘le délai de connexion’ ou ‘le time out’ d’une session doit être égal (au moins) à 80 secondes.
Il est important de rappeler que le gendarme togolais des marchés électroniques hausse le ton contre les 2 opérateurs de télécommunications opérant dans le pays, Moov et Togocel, pour des pratiques pouvant affecter la libre concurrence.